Nouveaux DPE : les clés pour comprendre

Publié le 01 février 2022

Depuis le 1er juillet 2021, le diagnostic de performance énergétique (DPE) connaît plusieurs évolutions :

- Méthode de calcul est unifiée pour tous les logements, s'appuyant uniquement sur les caractéristiques physiques du logement : bâti, qualité de l'isolation, type de fenêtres ou système de chauffage. Le calcul intègre également de nouveaux paramètres : consommations énergétiques en matière d'éclairage, de ventilation, nouveaux scénarii météo ou encore phénomènes thermiques plus précis comme l'effet du vent sur les murs extérieurs.


- Dans le cas d'un logement collectif, il est possible de faire réaliser un seul DPE pour l'immeuble qui pourra profiter à tous ses propriétaires


- Le DPE devient opposable, le propriétaire engage sa responsabilité en le présentant au locataire, ou à l'acheteur. 


- Sa présentation évolue pour faire apparaître le montant théorique des factures énergétiques et apporter des informations complémentaires


- Les étiquettes énergie du DPE ne seront plus uniquement exprimées en énergie primaire. Les seuils sont calculés en fonction de deux facteurs : l'énergie primaire mais également les émissions de gaz à effet de serre. Un logement est donc classé sur l'échelle de classe énergétique (de A à G) sur un « double-seuil ». Sa plus mauvaise performance, en énergie primaire ou en gaz à effet de serre, définit la classe du logement.